02 43 26 18 00 contact@ddec53.fr

Dans son article « Vendée Globe : quand les enfants se prennent de passion pour la course ! », le journal Le Parisien reprend et met en avant le travail réalisé dans la classe de CP-CE1 d’Evelyne Gaschot à l’école Sainte-Thérèse de Châtelain à l’occasion du Vendée Globe.


« On n’a pas besoin de faire un grand cours pour que les enfants sachent où se situe le cap de Bonne-Espérance, tous les continents prennent sens pour eux », sourit Evelyne Gaschot, professeur des écoles à Châtelain, en Mayenne. A l’école Sainte-Thérèse, on suit l’ensemble de la flotte mais, Maxime Sorel, le navigateur de « V and B – La Mayenne », est au cœur des conversations. « Les enfants connaissent son bateau avec le dragon, poursuit la directrice. Lorsqu’il a déchiré sa voile, l’un de mes élèves m’a dit : Maîtresse, tu devrais lui téléphoner, ma maman fait de la couture, elle pourrait la lui réparer ! »

En raison de la crise sanitaire, le voyage scolaire prévu fin octobre sur le village départ des Sables-d’Olonne a été annulé, aucun enfant n’a encore pu rencontrer le skipper, mais tous regardent régulièrement les vidéos de son parcours. Le thème choisit par l’école cette année : « le Tour du monde en 36 semaines », a pris tout son sens grâce au Vendée Globe. On parle géographie, écologie ou corps humain. Par le biais de Maxime Sorel, parrain de l’association « Vaincre la mucoviscidose », les élèves de CP-CE1 ont aussi pu apprendre comment aujourd’hui on luttait contre cette redoutable maladie.

Au fil des semaines, les enfants s’attachent aux marins. « On s’est tous pris au jeu, même ceux qui n’aimaient pas beaucoup l’école, ont trouvé un nouvel intérêt, raconte Evelyne Gaschot, de l’école Sainte-Thérèse. Un petit garçon vient tous les matins me raconter ce qu’il sait de Maxime Sorel, il connaît tous les abandons. On a trouvé un fil conducteur qui fait que, pour lui, l’école n’est plus quelque chose de laborieux. Rien que pour ça, ce que nous avons construit est une superbe aventure. »
Article de Sandrine Lefèvre dans Le Parisien du 8 janvier 2021

X